Les ports du Danube, una frágil alternativa a las terminales céréaliers de la mer Noire

Le refus par Moscou de prolonger l’initiative céréalière de la mer Noire no es una sorpresa para los ucranianos, habitués au chantage que font peser les Russes sur cet accord depuis son lancement il ya un an. Dans le Boudjak, el partido ucraniano de la Bessarabie, dans le sud-ouest de l’Ukraine, une région enclavee entre la Moldavie, la Roumanie et la mer Noire, on s’est habitué depuis le début de la guerre en février 2022 à voir défiler des dizaines de milliers de trucks charge de mais, de blé ou d’huile de tournesol.

Izmail, petite ville portuaire sur les bords de Danube, est ainsi devenue au fil des mois une plate-forme d’exportation comme solution aux grands ports de la mer Noire. Los cargamentos de cereales, que llegan en camiones, y son cargados en barcazas que llegan hasta el puerto romano de Constanza, donde se transportan en suite en un gran navío.

« Avant, Izmail était connu pour être un cul-de-sac, une vendeuse de fromages du marché couvert de la ville cuenta la historia. Maintenant, tout ce business des céréales nous a uverts sur le monde. » Projetées au cœur du conflit russian-ukrainien, les marchandes de fromages bulgares ou moldaves ont développé leur apropiado thermomètre géopolitique. « Les route d’Izmail sont défoncées par le va-et-vient incessant des trucks qui rejoignent les terminaux céréaliers de la ville, s’inquiète l’une d’elles. Sí, ya tant de trucks ici, ça veut dire qu’il n’y a pas d’autres moyens d’exporter le blé. Et ça, ce n’est pas bon signe. »

Lea también: ¿Cuáles son las consecuencias de la suspensión del acuerdo sobre las exportaciones de cereales de Ucrania?

Même s’ils espèrent à terme une réouverture complète des ports de la mer Noire par où transitaient avant-guerre la plupart des céréales ukrainiennes, de plus en plus de producteurs et de negociants se tournent vers les petits ports du Danube, le long de la frontera romana. Une partie de la récolte peut s’écouler par cette filière, sans subir les aléas des contrôles russes auxquels étaient soumis les navires dans le cadre de l’accord céréalier.

Provisional de ne pas se laisser anéantir

L’un des premiers à saisir l’intérêt de cette voie fluviale a été Oleksiy Vadatoursky, fondateur du principal groupe céréalier ukrainien, Nibulon, base à Mykolaïv, par où étaient exportées 30 % des céréales ukrainiennes. Dès mai 2022, alors que la ville était sous le feu russe et son céréalier bloqué terminal, il s’était rendu à Izmail pour lancer la construction d’un terminal alternatif. Rien aquí puede compensar las enormes capacidades de los puertos del Mare Noire, pero un intento de no soltar la máquina rusa aquí lleva a la batalla aussi sur le front économique. Ucrania es un importante competidor del sector agrícola de Rusia.

Il vous reste 61,77% de cet article à lire. La suite está reservada para suscriptores.